« Puppy maudit », un syndrome à connaître…

Voilà un article que je tiens particulièrement à partager sur notre site internet.

Le syndrome du Puppy Maudit ?

C’est quelque chose qui touche beaucoup de personnes, après l’accueil du premier chiot – voir aussi du deuxième, troisième (…).

« (…) Accueillir un chien, c’est un moment de joies et de promesses. Mais derrière cette façade idéale, se cache des périodes parfois difficiles, voire douloureuses lorsqu’on y est pas préparé. »

Nos clients ont beau se préparer au mieux de l’arrivée du chiot tant attendu – par le biais de leur propre expérience, ou entre autres de nos conseils – il faut aussi savoir laisser place aux imprévus et aux éventuelles erreurs… il y en aura forcément. L’important est de savoir se remettre en question, prendre de la distance et se poser les bonnes questions.

Quand au chiot, lui, on ne lui a pas expliqué. Il est là car vous l’avez choisi, mais il est lui-même.

J’en profite pour vous rappeler que l’Akita comme le Saarloos ne sont pas les chiens de « monsieur tous le monde » (même si je ne suis pas une grande fan de l’expression). En d’autres termes, ces races elles-même ont la caractéristique de se montrer distantes envers l’inconnu au sens large, dont les inconnus humains. Hors, vous serez un inconnu au départ… laissez donc du temps à votre chiot. Il faut vous apprivoiser, apprendre à vous connaître et créer une belle relation durable.

Je vous encourage vivement à lire l’article Le syndrome du « Puppy Maudit », de MieuxAvecMonChien.

Je ne peux que dédier ce partage à Ikue. Nos débuts n’ont pas été des plus faciles, mais aujourd’hui je n’échangerai pour rien au monde notre relation.

 

7 Responses à “« Puppy maudit », un syndrome à connaître…”

  1. Jennifer 20 mars 2018 at 9 h 29 min # Répondre

    Je l ai bien vécu avec Numa « Kuma » ce chiot si différent de ma Fubuki… J ai eu vraiment du mal à le comprendre…
    -mais pourquoi tu réagi comme Ça? Pourquoi tu fais Ça? Ou Ça? Pourquoi tu dors pas? Fubuki, elle ne fait pas ça……
    Au final je ne pouvait pas le comprendre en le comparant systématiquement aux autres…

    Et non tu m es pas comme les autres, TU ES SIMPLEMENT TOI!

    Maintenant que je l ai compris, je suis capable d avancer avec lui.. et on le vit bien mieux.

    N oublions pas, que chaque chiens à sa personnalité et c est justement ça qui est beau.. arrêtons de les comparer aux autres. Votre chiots ne s assois pas, ben il aime peut être pas ça.. votre Akita aboit plus qu’ un autre.. ou n est toujours pas propre par rapport à ses soeurs ou frères…

    Et alors?!

    • Jody 20 mars 2018 at 10 h 42 min # Répondre

      Tu fais bien de souligner que cela peut aussi très bien arriver avec un deuxième chien. Et que le fait qu’il soit différent du premier puisse tout autant nous chambouler …
      La comparaison est très présente surtout entre les proprios des chiots d’une même portée… je suis personnellement plutôt contre pour les raisons que tu évoques. Merci pour ton commentaire !

  2. Anaïs_Mushu 20 mars 2018 at 9 h 43 min # Répondre

    J’avais lu cet article, c’est un bon témoignage… Nous avons eu la chance de ne pas traverser ce syndrome, mais cela a été très difficile les premières semaines avec tous ses soucis de santé (ingestion corps étranger la 1ère semaine). Du coup c’est clair que c’est une sacrée claque, de se sentir aussi impuissant et même nullissime (et oui, forcément on culpabilise, on se dit qu’on ne fait pas assez attention), alors que c’est un chiot, qu’il découvre la vie… Mais tout ça n’est rien à côté de la beauté de notre relation et de l’amour mutuel qu’on se porte, tout ça vaut largement le coup ❤️

    • Jody 20 mars 2018 at 10 h 40 min # Répondre

      C’est clair que vous n’avez vraiment pas eu de chance les premières semaines… Heureusement que tout est rentré dans l’ordre 😉

  3. Muriel 20 mars 2018 at 9 h 51 min # Répondre

    Article très intéressant, surtout pour tous ceux qui se préparent à accueillir un chiot (comme nous!!). Merci.

    • Jody 20 mars 2018 at 10 h 38 min # Répondre

      Avec plaisir 😉

  4. Laure 20 mars 2018 at 23 h 12 min # Répondre

    Nous sommes passé au travers de ce phénomène… heureusement même s’il est vrai qu’il y a des phases compliquées avec l’arrivée d’un chiot. Je pense le plus dur c’est de ne pas avoir le même langage et du coup d’arriver à se comprendre autrement et s’adapter à cela. On oublie assez vite les mauvais moments avec les liens qui se créent et l’amour qu’il nous donne en retour. Tous les moments de joie effacent les moments plus délicats. L’article est intéressant car il rappelle qu’il ne faut pas oublier que notre chiot apprend et forcément fait des bêtises et qu’une phase d’adaptation est nécessaire notamment à son arrivée ! Et que le plus important est de créer une relation de confiance.

Laisser un commentaire