Le prix d’un chiot

Le prix, le prix… Une question que j’abordais avec difficulté dans un premier temps, car d’une part je suis consciente que c’est une somme, d’autre part vendre un être vivant et en estimer son coût est une question délicate.

Comment justifier le prix d’un chiot ?

Je crois qu’il est important de remettre les choses dans leur contexte. Un éleveur canin (ou félin) vit avec ses animaux. Il y passe une grande partie de sa journée – pour ne pas dire toute sa journée. C’est un investissement de tous les instants, une responsabilité.

Avant tout, il y a l’amour de nos animaux. Et puis, il faut travailler avec passion, pour nos races. Avoir une femelle et un mâle, et les mettre ensemble chaque année pour réaliser une portée serait chose facile… sauf que ce n’est alors pas un travail de sélection. Nous devons en effet réfléchir et faire des choix en fonction de nos objectifs, que ce soit en terme de tempérament, de santé et de physique.

Lorsque vous « achetez » un chiot, vous achetez donc le travail de l’éleveur. Voilà un aspect difficilement quantifiable… De plus, l’investissement auprès de nos chiens et chiots n’est pas toujours le même -en fonction de l’élevage. Nous, nous avons fait le choix de mettre tout en œuvre afin que nos chiots abordent leur vie future avec les meilleurs outils : la socialisation. C’est un travail délicat, qui prend évidemment du temps supplémentaire.

Mais au faite, le temps ? Avez-vous conscience de l’investissement quotidien ? Peut-on parler de taux horaire dans ce métier ? Peut-on se limiter à 35H/semaine ?

Ensuite, viennent les frais auxquels sont confrontés tous les éleveurs canins. Voici une liste de frais liés directement à une portée en cours. Vous n’y trouverez donc pas les impôts, les taxes, les cotisations sociales etc. Sans parler des investissements long terme comme l’achat d’un terrain, la construction de chenils etc.

Les frais indirects liés aux parents – qui se ‘rentabilisent’ sur une plus longue période :

  • Achat de la mère (père)
  • Tests de santé
  • Entretien quotidien (alimentation, frais véto etc.)
  • Expositions canines, confirmation (+ trajets, hôtel etc.)
  • Accessoires / aménagements

Les frais directement liés à chaque portée :

  • Suivi chaleur
  • Saillie, si extérieure (+trajet, hôtel, etc.)
  • Supplément alimentation
  • Suivi gestation (échographie, radiographie)
  • Alimentation des chiots
  • Frais vétérinaire chiots (vermifuges, vaccins, puce électronique, visite)
  • Déclaration auprès de la SCC (saillie, naissance et inscription de chaque chiot au LOF)
  • Entretien quotidien (lavages, protocole sanitaire)
  • Frais kilométriques pour nos nombreuses sorties socialisation

De plus, des imprévus sont à prévoir : césarienne, une mère qui ne peut allaiter et qu’il faut donc remplacer toutes les 3 heures, un chiot qui fait une réaction allergique suite à une piqûre de guêpe, un autre qui tombe gravement malade et perd la vie etc. etc.

Je ne souhaite pas évoquer les détails du métier d’éleveur et ses difficultés, mais sachez quand même que nous ne passons pas la journée à câliner nos chiens et chiots. Nous sommes confrontés à la vie, mais aussi la mort. Les aspects du quotidien (comme le nettoyage) sont souvent oubliés mais primordiaux, par tous les temps.

Dois-je encore rajouter un salaire horaire, comme énuméré dans n’importe quel travail ?

Et après ?

Pour finir – mais je pense avoir oublié des éléments en route tant ma rigueur sur le sujet n’est pas au point – il y a une autre question qui n’a pas été abordée : le suivi du chiot, le SAV. Et oui, lorsque ce dernier arrive dans votre vie et la chamboule complètement, qui répond à vos questions ? Qui partage vos réjouissements mais aussi vos inquiétudes ?

Et puis parfois, les problèmes surviennent après. Combien de temps vit un chien déjà ? Finalement, notre travail ne s’arrête pas à ses deux mois, mais dure bel et bien plusieurs années… Et si les choses tournent mal, nous ne sommes pas là pour vous juger, mais avant tout pour assurer le bonheur des chiots que nous avons fait naître. C’est ainsi qu’un chien de 5 ans peut revenir chez nous, avec ses problèmes aussi gros soient-ils.

, , , , ,

Pas de commentaires actuellement

Laisser un commentaire